Le français en affaires, c'est notre affaire !

Affaire

Faire affaire et faire des affaires

 

 

Les sens du nom affaire sont nombreux. Employé au pluriel, affaires a entre autres le sens « activités commerciales, économiques ou financières »; c’est ce sens qu’on a dans les expressions gens d’affaires, chiffre d’affaires, voyage d’affaires, etc. On dira également faire des affaires ou faire affaire (au singulier cette fois) avec quelqu’un ou quelque chose, avec le sens « traiter, conclure un marché ». Faire des affaires s’emploie aussi sans complément; cette expression signifie alors « faire du commerce, exercer une activité commerciale ».

Exemples :

 

 
  • Le ministère des Transports fait affaire avec la société Alpha pour l'entretien de certains bâtiments.
  • La Ville de Rosemère a fait des affaires avec cet entrepreneur pendant des années.
  •  Il y a plus de 100 ans qu'ils font des affaires au Québec.

On entend parfois, peut-être sous l’influence de l’anglais to be in business, l’expression être en affaire(s). On évitera cet emploi en lui préférant l'expression être dans les affaires qui signifie « faire carrière dans les affaires », plutôt que dans les arts ou dans la politique, par exemple.

 

Exemples :

 

  • Je suis dans les affaires depuis dix ans. (et non : Je suis en affaire(s) depuis dix ans.)
  • Son père était un homme impitoyable en affaires mais fidèle en amitié.

Avoir affaire et avoir à faire

On peut parfois hésiter entre les expressions avoir affaire et avoir à faire. L’origine du nom affaire est à faire, c’est-à-dire « ce qui est à faire ». Notons que le nom affaire est au singulier.

Le sens de cette expression est « se trouver en présence de quelqu’un, en rapport avec quelqu’un ».

 

Exemples : 

 
  •  Dans ce métier, tu auras affaire à toutes sortes de personnes.
  • J’ai eu affaire à un homme de principes.
  • Ce n’est pas souvent qu’on a affaire à un connaisseur.
  • S’il continue, il aura affaire à moi.

 Par ailleurs, suivi d’un complément direct, l’expression avoir à faire signifie « devoir s’acquitter d’une obligation ».

 

Exemples :

 

  •  Malgré sa situation particulière, il a à faire son travail comme tout le monde.
  •  Ne m’attends pas, j’ai beaucoup à faire avant de quitter le bureau.

   

Heures d'affaires

 

L’expression heures d'affaires est un calque de l’anglais business hours. On utilisera en français heures d'ouverture. Dans le cas d’un bureau, on peut aussi employer l’expression heures de bureau ou encore heures d'accueil, si l’organisme dispose d’un bureau d'accueil.

Exemples fautifs :

  • Pour toute information requise en dehors des heures d'affaires, faites le 0.
  •  Heures d'affaires : du lundi au samedi, de 9 h 30 à 17 h 30.

On écrira plutôt :

  •  Pour toute information requise en dehors des heures de bureau, faites le 0.
  •  Heures d'ouverture : du lundi au samedi, de 9 h 30 à 17 h 30.

  

Place d'affaires

 
L’expression place d'affaires est un calque de l'anglais business place, que l'on doit remplacer par bureau, établissement ou maison de commerce; il s'agit d'un établissement d'une société où sont concentrées les activités commerciales, juridiques, administratives et de direction.

 

De même, au lieu de parler de la « principale place d'affaires » d'une société, on emploiera les termes siège ou siège social.

Exemples fautifs :

 

  • Une compagnie peut avoir des places d'affaires dans plusieurs grandes villes.
  • La direction a décidé d'ouvrir une nouvelle place d'affaires dans cette région.
  • La principale place d'affaires de cette entreprise est à Sainte-Anne-des-Plaines, mais elle a plusieurs succursales ailleurs.

On écrira plutôt :

 

  •  Une compagnie peut avoir des établissements dans plusieurs grandes villes.
  •  La direction a décidé d'ouvrir un nouveau bureau dans cette région.
  • Le siège social de cette entreprise est à Sainte-Anne-des-Plaines, mais elle a plusieurs succursales ailleurs.

   

Autres utilisations du mot Affaire ou Affaires

Affaire (deal) : Marché conclu ou à conclure avec quelqu’un. L’expression it’s a deal équivaut à marché conclu.

Affaire lucrative (moneymaker) : Activité ou produit qui génère beaucoup de profits. Synonyme : activité lucrative.

Affaires : Sert à la dénomination de ministères spécialisés dans certains secteurs (affaires étrangères, affaires culturelles, affaires sociales).

Affaires (business) : Ensemble cohérent d'activités industrielles, agricoles, commerciales ou financières qui sont assumées par une personne physique ou morale pour son propre compte ou pour le compte d'autrui. Dans une entreprise, les affaires se traduisent par des opérations de vente dont la valeur cumulée sur une certaine période représente le chiffre d'affaires.

Affaires au comptant (cash transactions) : Opérations effectuées en argent comptant.

Affaires générales (corporate affairs) : Ensemble des opérations financières, commerciales ou industrielles et des services communs qui relèvent de l'administration centrale d'un organisme, d'une société ou d'une entreprise et qui s'appliquent à toute l'organisation. Synonymes : affaires de la société ou affaires de l’entreprise. L'expression affaires corporatives est un calque de l'anglais corporate affairs. En français, l'adjectif corporatif qualifie essentiellement ce qui a trait à une corporation (groupement corporatif, système corporatif) et à l'esprit de corps qui anime une association professionnelle (esprit corporatif).

Homme d’affaires ou Femme d’affaires : Personne qui dirige une entreprise commerciale ou qui participe à sa gestion. Synonymes : entrepreneur, chef d’entreprise, dirigeant d’entreprise, gens d’affaires (collectivité d’hommes et de femmes d’affaires).

Carte d’affaires (business card) : La carte professionnelle est une petite carte rectangulaire sur laquelle sont imprimés divers renseignements personnels d’ordre professionnel. On laisse ou on distribue une carte professionnelle à des personnes afin qu’elles puissent nous joindre, principalement dans l’exercice de nos fonctions.

Même si ce type de carte s'utilise dans le monde des affaires ou de l'entreprise en général, on doit éviter de la désigner par carte d’affaires, calque de l'anglais business card. D’ailleurs, cette expression ne rend pas compte de toutes les possibilités d’usage de la carte, qui est aussi utilisée dans l’Administration. Par ailleurs, on doit distinguer la carte professionnelle de la carte de visite; cette dernière peut présenter des renseignements d’ordre personnel et privé (et non seulement d’ordre professionnel). La forme abrégée carte, tout comme l'anglais card, peut s'employer lorsque le contexte est suffisamment explicite.

 Être d’affaires : Impropriété pour avoir le sens des affaires ou être habile en affaires.

  

 

CAJOLET-LAGANIÈRE, Hélène et Noëlle GUILLOTON. Le français au bureau, 5e édition, Québec, Les Publications du Québec, 2000, 268 p.

Conciliation travail-famille

Conciliation travail-famille

Conciliation travail-famille Instaurez facilement des mesures de conciliation travail-famille!

© 2011-2016 - Tous droits réservés
Politique de confidentialité

Ce site est rendu possible grâce à une contribution financière de l'Office québécois de la langue française.